Recherche

Postkarte 1850

Extrait de la «Postkarte der schweizerischen Eidgenossenschaft», 1850 (Archiv historique et bibliothèque PTT)



Retour à la page précédente

Les phases de développement du trafic en Suisse 1750–1910. Structures et processus d’accélération

Révolution ou évolution des transports? Ce projet de recherche financé par le Fonds national suisse dessine une nouvelle image du développement des transports aux XVIIIe et XIXe siècle.

Le projet examine les relations qui caractérisent à différents niveaux, sur le plan quantitatif et qualitatif, le développement des transports et des réseaux routiers sur le Plateau suisse (cantons de ZH, LU, SZ, ZG, AG). Il est conduit par Dr. Thomas Frey et le groupe de recherche de ViaStoria, avec des synergies, sur le plan des contenus et des protagonistes, avec le projet COST «Vaincre les obstacles et aménager le territoire en Suisse». Le projet a été achevé au cours de l’année 2003.

 

Développement des transports: de la révolution à l’évolution

L’hypothèse de base considère le développement du trafic – contrairement au topos de la «révolution des transports» – comme un processus de transformation structurelle dans le sens d’une «évolution des transports», qui se distingue par une progressive mise en réseau spatiale et organisationnelle en intégrant de façon interactive tous les modes de transport. L’analyse s’étend des débuts de la construction de routes carrossables vers 1750 et s’achève en 1910, quand un trafic de masse qu’on peut qualifier de moderne s’est affirmé dans les espaces urbains. Tous les modes de déplacement - route, rail, eau - sont pris en considération.

Le projet se déroule selon plusieurs étapes: premièrement, un inventaire des voies de communication historiques, c’est-à-dire un relevé cartographique (SIG) des tracés historiques et de leurs modifications; deuxièmement, une évaluation quantitative intermodale des avantages du point de vue du trafic d’une série de localités choisies, établie sur le concept de l’accessibilité; troisièmement, l’augmentation quantitative des rendements du trafic de certaines localités ou parties de territoire signalée par les sources historiques. Du point de vue méthodologique, la démarche se veut aussi flexible et pragmatique que possible. Elle est d’un accès simple et varié et, dans de nouvelles recherches, peut être étendue à volonté dans le temps, l’espace ou au niveau des sources considérées. Le but principal que poursuit le projet est de fournir des données claires, utilisables et différenciées sur les transformations du système de transport, qui permet des relations aussi bien avec l’histoire qu’avec l’actualité.

 

Votre contact:

Dr. Hans-Ulrich Schiedt, Recherche

Tél. +41 (0)44 240 34 05, hans-ulrich.schiedt@viastoria.ch